Jag godkänner
Statens Institutionsstyrelse - till startsidan Det gäller livet.

LVM : motiver les adultes à poursuivre un traitement contre l'addiction

La Suède compte environ 300 000 adultes souffrant de graves problèmes d'addiction. Sur ce nombre, un millier sont pris en charge chaque année au titre de la loi sur la prise en charge des alcooliques et toxicomanes (LVM) et dirigés sur un des centres LVM de SiS.

Les sujets accueillis ont derrière eux de longues années d'addiction sévère – alcoolisme, toxicomanie, pharmacodépendance ou polytoxicomanie. En plus de leur addiction, ils ont souvent d'importants problèmes sociaux et psychologiques.

LVM sauve des vies

Le traitement prévu par la loi LVM a pour but d'amener les personnes traitées à rompre avec une addiction qui met leur vie en danger et de les motiver à changer de voie et à suivre un traitement volontaire pour pouvoir vivre sans drogue. Trois admissions sur quatre dans les centres LVM ont lieu dans une situation d'urgence vitale et peuvent ainsi sauver des vies.

La durée maximale d'une prise en charge en application de la loi LVM est de six mois. Pendant cette durée, le sujet suit une cure de désintoxication, reçoit une assistance et certains soins médicaux. Tous se voient proposer un bilan de situation. Un inventaire des addictions et de la délinquance, mais aussi de la situation psychologique, médicale et sociale accroît les chances de trouver les mesures appropriées pour chaque individu. Ce bilan est à la base de la planification du traitement ultérieur. Des mesures telles qu'un placement en famille d'accueil ou diverses actions en milieu ouvert prévues à l'article 27 de la loi doivent être mises à l'essai aussitôt que possible.

Traitement en fonction des besoins individuels

Les méthodes de traitement varient selon les centres LVM et sont fondées sur les besoins de chacun. Les entretiens de motivation, la prévention de la récidive, l'approche de soutien communautaire (ASC) et le traitement en douze étapes sont quelques-unes des méthodes pratiquées.

Les centres LVM s'adressent à différents groupes cibles. Certains peuvent recevoir par exemple des personnes à diagnostic psychiatrique, des individus violents ou des personnes qui nécessitent des soins particuliers.

Nécessité de la postcure

Une addiction prolongée exige aussi un traitement et un soutien de longue durée. Pour être efficaces, les actions menées dans un centre LVM doivent entrer dans le cadre d'une chaîne de traitement et être suivies de mesures de postcure qualifiées. C'est pourquoi les centres coopèrent en cours de placement avec les réseaux de l'intéressé et le service social qui a ordonné le placement.